Sélectionner une page

Depuis l’annonce des mesures de confinement en raison de la crise sanitaire, le chômage partiel a été mis en place pour un grand nombre de salariés. Mais quel impact le covid-19 va t-il avoir sur notre retraite ?

1cv1job.io est là pour vous donenr un maximum d’information.

L’impact sur notre retraite 

Bonne nouvelle pour les 11,7 millions de salariés qui ont été en chômage partiel. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé mercredi 6 mai lors des questions au gouvernement organisées au Sénat qu’elle a présenté au Conseil des ministres « une disposition qui permettra l’acquisition des droits à la retraite de base pendant les périodes d’activité partielle ».

Actuellement, les indemnités perçues au titre du chômage partiel (84 % du salaire net, 100 % au niveau du Smic) ne sont pas prises en compte par l’Assurance vieillesse, ni pour le calcul des trimestres, ni pour le montant de la pension (salaire des 25 meilleures années).

Pour rappel, vous validez un trimestre de retraite si vous percevez un revenu représentant au moins 150 fois le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) horaire, soit 1 522,50 € en 2020. Vous devez donc gagner au moins 6 090 € cette année pour valider vos quatre trimestres. Si par exemple, vous êtes payé au Smic, vous y parvenez en quatre mois de salaire. Si en revanche, vous encaissez moins de 6 090 €, vous perdez un trimestre.

Certains salariés pourraient perdre un trimestre de retraite

« Jusqu’ici, cela avait peu d’importante puisque l’activité partielle était peu utilisée, pour des périodes courtes, donc ça ne pénalisait pas les personnes concernées », a expliqué la ministre du Travail. Mais la crise sanitaire liée au coronavirus et le confinement ont créé « une situation tout à fait exceptionnelle, avec un chômage partiel massif qui va durer de façon assez prolongée dans un certain nombre de secteurs qui ne peuvent pas rouvrir tout de suite », a-t-elle ajouté.

Une situation qui pose problème notamment pour les salariés qui travaillent à temps très partiel. Par exemple, un salarié qui est rémunéré 650 € bruts par mois perçoit 7 800 € sur l’année. Deux mois de chômage partiel fait passer sa rémunération annuelle à 6 500 €, montant suffisant pour valider ses quatre trimestres de retraite. Mais s’il ne peut pas reprendre le travail le 11 mai et reste un mois de plus au chômage partiel, il ne touchera sur l’année que 5 850 € et perdra un trimestre.

Le dispositif dérogatoire permettra l’acquisition des droits à la retraite de base pendant la période d’activité partielle et d’atteindre ainsi le montant nécessaire pour valider un trimestre.